01/04/2010

La police va faire la police

 

Cette fois, c'est décidé. Jacques Etienne et le commissaire Jomaux ont décidé de lutter fermement contre les multiples incivilités routières à Namur.

Plaisir de la rue001

Plaisir de la rue002

plaisir de la rue bis003

plaisir de la rue bis004

plaisir de la rue bis006

Tolérance zéro pour les stationnements sur les trottoirs, les places publiques, les arrêts de bus, les pistes cyclables, les passages pour piétons, le Ravel et autre espace destiné aux piétons. Les cyclistes qui roulent sur les trottoirs seront eux aussi verbalisés.

Tolérance zéro pour les véhicules en excès de vitesse, tarif au prorata du tonnage. Ca va chauffer pour les poids lourds internationaux qui roulent trop vite.

La tolérance zéro s'appliquera, bien évidemment aussi, aux voitures de la ville ou du spw en infraction, aux camions de ramassage de déchets GDF-Suez...

Jacques Etienne sensibilisera aussi le collège à la problématique.

Il a d'ailleurs déjà rappelé à l'ordre les échevins Anne De Gand et Arnaud Gavroy pour leur publicité d'ouverture de la saison touristique. Désormais, plus question d'utiliser une photo où l'on voit des voitures stationnées dans des endroits incongrus. Le signal donné aux touristes étant en totale contradiction avec la nouvelle politique de respect des usagers faibles et des espaces publics conviviaux.

Plaisir de la rue007

Une lettre va être systématiquement envoyée aux impétrants leur intimant l'ordre d'offrir une protection correcte, sinon maximale, lors de leurs travaux.

plaisir de la rue bis007

Par la même occasion, il leur sera rappelé leur devoir de remettre les voiries en bon état après leur passage. C'est actuellement rarement le cas !

Alain Detry propose de planter soit des haies basses, soit des piquets-vasques le long de tous les trottoirs et accotements des voiries de transit - y compris régionales - afin d'empêcher les automobilistes récalcitrants incurables de s'y parquer tout en conservant un aspect convivial à nos voiries, en évitant bien sûr le phénomène de « piquettisation » des bords de routes.

Anne Barzin et Maxime Prévot vont interpeler les ministres Lutgen et Henry pour la sécurisation et l'aménagement convivial des voiries régionales (au sens large).

Plaisir de la rue004

plaisir de la rue bis001

(photo prêtée)

plaisir de la rue bis002

Philippe Defeyt va faire le tour de tous les passages pour piétons situés dans les voiries - communales ou régionales - de grand passage - qui ne disposent pas d'éclairage sécurisant comme celui de la rue Henri Lemaître.

Le bourgmestre a également demandé à l'échevine Patricia Grandchamps de prendre contact avec la SNCB pour le retour illico presto des râteliers à vélos à la gare. L'échevine négociera avec la SRWT le placement d'abris bus confortables pour tous les arrêts namurois accueillant autant ou plus de navetteurs que celui de la rue Dohet.

plaisir de la rue bis005

Celui du Pont de Jambes côté ouest, par exemple,  sera déplacé dans l'espace vert pour offrir une largeur de trottoir suffisante, il sera aussi surtout dédoublé ou agrandi pour accueillir les nombreux navetteurs à certaines heures. L'offre de bus en provenance du centre-ville, mais aussi de Jambes et son plateau sera bien sûr confortée.

Toutes les rues qui ne bénéficient pas du même niveau de tranquillité que l'Avenue de La Pairelle

Plaisir de la rue003

 et/ou de la même largeur moyenne de trottoir feront l'objet d'une concertation avec les riverains pour leur aménagement.

Plaisir de la rue006

Cette opération sera menée en tandem avec le spw pour les voiries régionales.

Le service technique recommencera son cadastre des rues pour relever la situation véritable des piétons le long de toutes les voiries. Il est, en effet, apparu que si 650 voiries étaient notées en mauvais état, il était improbable, voire tronqué, que seuls 60 trottoirs seulement soient dégradés. Et cette fois-ci, ce cadastre, dans son entièreté, sera consultable sur le site internet de la ville.

Le collège va organiser dès après Pâques des rencontres citoyennes pour permettre à la population d'exprimer les problèmes rencontrés, ses besoins et desideratas dans chaque quartier en commençant par les villages périphériques.

Geneviève Lazaron en tandem avec  Bernard Ducoffre s'occuperont, avec l'aide des élèves des écoles hôtelières et du service information et communication, des en-cas et boissons, mais aussi de l'accueil des citoyens et du recueillement des avis moins formalisés - afin de permettre à tous de s'exprimer -  lors de ces rencontres.

Un formulaire informatisé permettant au citoyen de signaler un problème sera placé sur le site internet de la ville. Il en sera de même sur le site de la police pour le signalement d'obstacles divers empêchant la circulation aisée des piétons...

Namur, une ville qui se donne les moyens de retrouver le plaisir de la rue : nouveau mot d'ordre d'ordre du collège et de la police. Voilà qui nous change !!!

Qui plus est, le trimestre prochain, le collège va déclencher également un plan d'action d'envergure en faveur de la propreté publique.

 Plaisir de la rue005

Commentaires

Et si la ville commençait déjà par réfléchir à la façon dont elle dispose le mobilier urbain ?
Place du théâtre en plus des terrasses de café on installe des bancs publics et des oliviers en pot là où passent chaque jour des centaines d'enfants qui sortent des écoles.
100m plus loin, rue Cuvelier là où les trottoirs peinent à absorber la circulation piétonne aux heures d'ouverture et de fermeture des écoles on laisse les commerçants installer des panneaux publicitaires au milieu du trottoir quand ce ne sont pas des tables et des chaises !!!!!!
Faudra t'il attendre qu'un gosse passe sous un bus pour que les autorité réagissent ?

Écrit par : eric | 05/04/2010

1er avril je ne sais pas si tu as vu, mais c'était un post du 1er avril, mi-figue mi-raisin

Écrit par : deborah | 05/04/2010

Les publicités des commer!ants sur les trottoirs, c'est une vraie plaie et c'est de pire en pire! Place du théâtre, ça se discute, le mobilier urbain permet aussi de limiter le stationnement qui empêcherait tout autant, sinon plus le passage aussi. Et même là en face de ses bureaux la police laisse faire

Écrit par : deborah | 05/04/2010

Le mobilier urbain ça sert à s'asseoir (entre autre) ce qui sert à empêcher les voitures de se garer n'importe où ça s'appelle les policiers mais bon.... comme tu l'as dis toi même ça se passe à l'EXTERIEUR des bureaux de la police autant dire très loin des policiers....

Écrit par : eric | 06/04/2010

Les commentaires sont fermés.