27/03/2010

Y a-t-il des indemnités de retard?

 

Commencés au plein début des fêtes de Wallonie, les travaux du Grognon devaient durer 70 jours ouvrables.

http://anamur.skynetblogs.be/post/7302949/pietons-et-cyclistes-remercient-le-spw

Aujourd'hui, c'est toujours le bordel!

Et les piétons sont toujours aussi perdus dans la circulation. Aujourd'hui, ils étaient en débandade sur la chaussée Boulevard Brunell.

Et toujours le bordel pour trouver un passage pour piétons.

Notez que les travaux des abords du Ravel de la Pairelle commencés bien avant, prévus pour 120 jours ouvrables ne sont toujours pas terminés*.

Question : le spw finance-t-il une partie des travaux par les indemnités de retard?

* A noter : le Ravel en lui-même a été terminé en mai 2007! Ils avaient duré plus d'un an. Fin mars 2010, les abords ne sont toujours pas terminés!

14:10 Écrit par deborah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Y A PIRE... Et que dire des travaux d'épuration "gérés" (doux euphémisme) par l'INASEP dont une des sociétés adjudicataires serait sous administration judiciaire (ou concordat ?) alors qu'on note déjà plus d'un an de retard sur l'ensemble des travaux...
La rue des Brasseurs devait être terminée depuis mai 2009 et aujourd'hui il y a un chantier à l'abandon depuis près d'un mois (et pour cause...) et deux trous béants car il y a une fuite dans la nouvelle conduite (sous pression) qu'on n'arrive pas à détecter.
A part ça on nous annonçait le repavage pour le1er février...
Soyons de bon compte, la Ville n'est pas responsable mais il semble quand même qu'elle n'a pas été très vigilante... Quant à l'INASEP, tout juste des comiques, une superbe concentration d'ingénieurs de salon, à qui je ne confirais même pas le remplacement d'un joint au robinet de ma salle de bain,...
Alors, vous voyez Deborah, le petit ennui du Grognon, peu de chose à côté de cette catastrophe qui risque de voir les délais reculer d'un ou deux ans....

Écrit par : André Dubuisson | 27/03/2010

Les commentaires sont fermés.