22/10/2009

Zone de rencontre à l'enquête publique

 

Voilà, je viens d'envoyer mes commentaires dans le cadre de l'enquête publique concernant la zone de rencontre, rue et place de L'Ange et rue de Marchovelette. Par fax, avec résultat ok pour l'envoi des 7 pages au 081/246590.

4 pages + 3 pages de photos.

Au cas où un incident arrivait en cours de réception de mon fax, je préfère mettre aussi mes commentaires sur ce blog (sans les photos).

Cet avis n'est que le mien, bien sûr. Mais si je le mets également sur ce blog, c'est pour être sûre qu'il sera lu et que mes remarques seront prises en compte. C'est tout.

Le voici :

Nous sommes dans un centre ancien protégé et vous voulez nous faire un aménagement digne d'un terrain de football!!! Et ce pour un million d'euros! C'est non!!!

J'entends bien qu'on est dans la 6ème rue commerçante du pays. Et? Pour rester dans la comparaison avec d'autres centres commerciaux, on n'aménage pas le quartier de la Grand-Place de Bruxelles comme on aménagerait la rue Neuve, ce n'est pas sérieux!!!

A-t-on au moins consulté l'atlas du patrimoine architectural des centres anciens protégés? On nous fait des études de plusieurs dizaines de milliers d'euros, mais on n'est même pas sûrs que les démarches de base de consultation des règlements, du patrimoine et de la zone dans laquelle on se trouve soit effectuées! C'est de l'amateurisme! On nous avait déjà sorti un projet de parking souterrain Place Saint-Aubain, sans même penser qu'on était en centre ancien protégé et qu'il y avait des procédures en matière de patrimoine à respecter! Heureusement la région a tiré la sonnette d'alarme dès le départ. Ici on est en phase d'enquête publique et on ne sait même pas si ces prescrits ont été respectés! C'est fort quand même!!!

Quid du respect du règlement général sur les bâtisses applicable aux zones protégées de certaines communes en matière d'urbanisme? Il y a des articles qui y traitent notamment des recouvrements de sol et du mobilier urbain, vous savez!

"Art. 398.

Traitement du sol.

Les recouvrements de sol en pavés des rues, places, ruelles, impasses doivent être maintenus où ils existent

L’usage de matériaux contemporains est permis à l’occasion d’aménagements de la voirie, pour autant qu’ils contribuent à maintenir ou rétablir le caractère traditionnel du recouvrement du sol.

Il peut être dérogé aux prescriptions de l’alinéa 1er, lorsqu’il s’agit de voies principalement utilisées par la circulation de transit et qu’il n’existe pas d’itinéraire adéquat de contournement de la zone.

Art. 399.

Conduites, câbles et canalisations.

La construction de galeries techniques regroupant les principales canalisations peut être prescrite lors de travaux de restructuration de quartiers.

Les câbles électriques, téléphoniques et de télédistribution seront enterrés. En cas d’impossibilité, ils seront placés sous corniche ou sur bandeau, de façon à les rendre les plus discrets possibles.

Art. 400.

Mobilier urbain.

Le collège doit justifier tout projet d’installation de mobilier urbain tel que: lampadaire, fontaine, abri banc, poubelle, plaque d’indication de rue, etc. par une étude portant sur les dimensions, le graphisme, les couleurs et les matériaux proposés."

N'y a-t-il pas lieu de respecter ces articles? L'aménagement proposé rentre-t-il dans ces prescrits?

Et si le CWATUPE n'est pas en la matière respecté, quid des subsides de la région???

Le revêtement de la rue Moncrabeau est minable!!! Qui plus est on entend ou lit les habitants de cette rue dire que ce revêtement se dégrade au nettoyage. Et on vient à peine de couper le cordon de ce nouvel aménagement.

Pas question d'utiliser ce même revêtement (même dans un autre coloris) pour cette belle place qu'est la Place de l'Ange!

Les pavés actuels de la Place de l'Ange la mettent bien en valeur. La Place n'est pas abîmée au contraire de la rue de l'Ange. Seuls cinq à six pavés au coin d'un bac à fleurs sont véritablement à remplacer. Il n'y a pas plus de pavés abîmés Place de l'Ange que sur les côtés de la rue de Marchovelette où aussi cinq à six pavés sont abîmés (devant le "hangar" de l'inno). Pourquoi donc un traitement différent? Il me semble que ces pavés sont les mêmes que ceux du piétonnier : les carrés dans la rue des Fripiers, rue du Marché, rue de la Croix, les rectangulaires rue Haute-Marcelle. Ceux des trois premières rues vont d'ailleurs jusqu'à la voirie. Il est donc normalement possible de les récupérer. D'autre part, le raisonnement qui affirme qu'ils ne sont plus commercialisés en Belgique et que pour cette raison, il faut refaire toute la Place est grotesque et fumeuse. Va-t-on refaire tout le piétonnier aussi? Soit par la même occasion, soit dès que quelques pavés seront abîmés? Est-ce cela gérer en bon père de famille soucieux des deniers publics et du patrimoine? Non!!!

Trouvez une autre solution! Intégrer du neuf dans de l'ancien, c'est ce que font tous les jours des architectes du patrimoine. Ce raisonnement à la noix est exactement le même que celui de promoteurs immobiliers qui veulent tout raser pour construire plus facilement des immeubles neufs, par exemple à appartements. Ces promoteurs sont vivement critiqués par toute une partie de la population, y compris par certains membres du collège me semble-t-il, ce n'est donc pas au service voirie ou mobilité communal de remettre le couvert dans le même sens. Un peu de cohérence, que diable!

Revoyez votre copie en respectant les deniers publics, le patrimoine et la sécurité des piétons dont on a beaucoup parlé ces derniers temps.

J'en ai marre de voir l'infrastructure routière foutre en l'air les paysages et le patrimoine par son manque de sobriété, masquer ou dénaturer des sites exceptionnels classés. C'est le cas avec la pléthore de plaques de signalisation au pied de la citadelle, dont certainement une bonne moitié d'inutiles et d'autres trop voyantes.

Ce sera la même chose dans cette rénovation si on suit la multitude de coloris dans le revêtement. C'est d'un kitsch!!! OK pour distinguer un cheminement pour les véhicules, mais limitez au strict nécessaire s'il vous plaît!!!

On nous dit qu'on a pris conseil auprès du CRR, moi je veux bien, mais ce centre s'occupe de routes!!! Et nous ne sommes pas ici sur une quelconque route, mais dans un patrimoine bâti de grande qualité! Quelle inculture! Qu'on demande conseil aussi à l'Institut du patrimoine, bon sang!

Là où certains visent une reconnaissance de la citadelle au patrimoine mondial de l'Unesco et tentent de recoudre le tissu urbain, d'autres sabordent le travail en faisant tout et n'importe quoi dans le non-respect et l'indifférence la plus totale vis-à-vis de la protection et de la mise en valeur du patrimoine! Cela me fâche beaucoup! Et dans le cas qui nous occupe, on ne pourra pas nous répondre oui mais ce n'est pas nous, comme pour le Boulevard Brunell et le rond-point d'Harscamp!

L'alignement d'arbres actuel permet lui aussi de profiter de ce très bel ensemble architectural tout en apportant une note verdoyante et de l'ombre. La dissémination d'arbres va foutre à nouveau cela en l'air! On ne pourra plus avoir un regard d'ensemble sur l'architecture. Et ce pourquoi? Au nom de quoi? De donner l'impression que tout usager peut aller partout? C'est de la fumisterie! Et c'est à nouveau privilégier l'infrastructure routière au détriment du patrimoine, de l'intégration paysagère et du plaisir de se promener en admirant sa ville. Ce n'est pas cela de l'aménagement durable! Pas question d'avoir des arbres ou dispersion d'arbres qui masquent les façades!!!

Revoyez votre copie en intégrant cette fois vos collègues du patrimoine, de l'environnement et de l'aménagement durable! Et des experts du patrimoine et pas seulement des commerçants et des directeurs d'école! Et ce même si on nous dit que le bureau d'études a consulté la région wallonne, urbanisme, patrimoine… je me pose quand même la question de savoir comment cette consultation s'est faite et si ces problèmes ont été sérieusement abordés par le bureau d'études.

Je déplore encore que le mobilier urbain et son implantation fasse partie d'une autre étude et d'une demande ultérieure séparée. Je regrette ce saucissonnage qui

  1. ne garantit pas l'intégralité du projet, or c'est ici quand même un élément essentiel tant de l'esthétique de la Place et de la rue que de la convivialité et de la sécurité des piétons
  2. ne permet pas au citoyen d'avoir une vue d'ensemble du projet et de devoir se prononcer sur base d'éléments partiels. C'est extrêmement désagréable, voire trompeur! Et pourtant c'est aussi dans de telles conditions qu'on nous propose le plan de mobilité de Jambes, avec des éléments essentiels du projet qui manquent. J'ai l'impression de jouer dans un fameux jeu de dupes! Et je n'aime pas cela du tout!!!

Je ne vais pas reprendre ici les nombreuses questions relatives à la sécurité des piétons qui ont été soulevées au cours de ces derniers temps, je me permettrai juste de signaler que la surveillance du respect des places, trottoirs, arrêts de bus, emplacement pour handicapés est plus qu'aléatoire, pour ne pas dire inexistante, à Namur et que nombre de piétons ou cyclistes… en pâtissent tous les jours!!! En annexe, deux photos prises hier à Jambes.

En conclusion, ce dossier ne me paraît pas prêt. Reproposez-le ultérieurement mieux ficelé.

18:19 Écrit par deborah dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.