17/10/2009

"La Régate". Pourrissement orchestré???

 

Je vous avais, il y a un an, montré cet endroit et ce bâtiment qui a une réelle valeur de témoignage et une beauté de l'architecture vernaculaire passée. (http://anamur.skynetblogs.be/post/6032414/connaissezvous-cet-endroit, http://anamur.skynetblogs.be/post/6033545/un-endroit-superbe)

C'est un des endroits emblématiques (avec ses paysages) où a été tourné le film namurois "La Régate" de Bernard Bellefroid primé au FIFF. Un des rares endroits, avec le quartier Adrien de Prémorel en bord de Meuse à Wépion, pas encore salopé par les promoteurs!

D'après toutes les informations dont je dispose, ce bâtiment a été acheté à l'époque par le promoteur décrié plusieurs fois par des riverains tant de Wépion (Villa "Vierly") que d'Erpent et contesté au conseil d'état par d'autres (villa Legrand, Vierly...) et pas avare d'invectives (sous la législature précédente en tout cas) à l'égard des riverains et actuellement pas avare d'invectives en tout genre - avec son compère Thibault Bouvier - vis-à-vis de l'échevin Arnaud Gavroy, à savoir Iovleff (http://anamur.skynetblogs.be/post/5371691/erpent-bouge-we...-).

Voici aujourd'hui le bâtiment, avec le 12 octobre des containers devant et derrière, containers qui aujourd'hui ont disparu.

Mes questions (et depuis longtemps), à quoi joue le propriétaire? Je n'ai vu aucune revente de ce bâtiment, celà ne semble donc pas être un particulier qui rénove son toit ce qui ne nécessite pas de permis d'urbanisme. Pour info, je suis déjà allée plusieurs fois au service de l'urbanisme demander s'il y avait une demande de permis pour ce bâtiment, j'y suis encore allée cette semaine, il n'y a rien, inconnu au service de l'urbanisme. Ce qui ne veut pas dire que je n'ai eu vent d'aucun projet bien sûr, tel ... ben oui! qu'xième immeuble à appartements.

Voici les photos d'il y a une semaine (quand il y avait les containers dont on imagine mal qu'ils été amenés par des squatters ou autres délinquants, quand même!!!) et d'aujourd'hui (les containers ayant disparu, mais aucune entreprise de rénovation n'étant sur place, ce qui serait étonnant de la part d'un particulier) :

Ancien relais postal001

Ancien relais postal002

Ancien relais postal003

Ancien relais postal004

Ancien relais postal005

Ancien relais postal006

Ancien relais postal007

Ancien relais postal008

Ancien relais postal009

Ancien relais postal010

Ancien relais postal011

Ancien relais postal012

Ancien relais postal013

Ancien relais postal014

Ancien relais postal015

Ancien relais postal016

Ancien relais postal017

Ancien relais postal018

Ancien relais postal019

Ancien relais postal020

Ancien relais postal021

Ancien relais postal022

Ancien relais postal023

Ancien relais postal024

Ancien relais postal025

Ancien relais postal026

Ancien relais postal027

Ancien relais postal028

Ancien relais postal029

Ancien relais postal030

Ancien relais postal031

Ancien relais postal032

Ancien relais postal033

Ancien relais postal034

Ancien relais postal035

Ancien relais postal036

Ancien relais postal037

Ancien relais postal038

Ancien relais postal039

Ancien relais postal040

Ancien relais postal041

NB : la boîte de saucisses, elle se trouve sur l'appui de fenêtre à l'extérieur. Il n'y a jusqu'à présent aucun squatter dans ce bâtiment (sauf peut-être un rat ou un chat... évidemment). Personne n'a forcé la clôture ou la porte. Maintenant le "jardin devant" est ouvert, mais c'est depuis le placement du container. A l'intérieur, on ne voit aucun débri qui ne vienne d'ailleurs que des végétations taillées sans doute par le propriétaire, aucun déchet jusqu'à présent, juste des éléments du bâtiment tombés ou cassés et surtout du toit à présent depuis le retrait des tuiles. Et ce n'est pas le fait de vandales. Quant à moi, je ne suis jamais entrée : toutes les photos sont prises de l'extérieur, je me suis juste permise de poser mes pieds sur la marche d'entrée. Point barre. Que ce soit très clair!

Et donc, ce bâtiment dont on retrouve l'annonce de vente en toute première photo de ce blog (http://anamur.skynetblogs.be/post/4210325/wepion--king-fook-garden--le-non-de-lechevin-) n'a subi AUCUNE DEGRADATION de la part de qui que ce soit, de quelle que nature que ce soit hormis du fait même de son propriétaire.

Commentaires

Deux promoteurs namurois lancent une nouvelle croisade contre Arnaud Gavroy.
● Ils accusent la Ville d’immobilisme, visite de chancres urbains à l’appui. Reportage.
● L’échevin défend un projet de ville qui avance, dit-il, et le prouve en chiffres.

Dégradation voulue par le promoteur afin de discréditer l'échevin Gavroy. C'est clair comme de l'eau de roche!!!!!

Écrit par : Vulpes | 19/10/2009

et accélérer la dégradation de ce bâtiment jusqu'à ce qu'on ne sache plus rien en faire

Écrit par : deborah | 19/10/2009

Cela dit, mettre ce genre de bâtiment aux normes (ne serait-ce que de hauteur minimale des pièces, pour la partie perpendiculaire à la chaussée de Dinant), ce n'est pas gagné ! Je ne parle pas de la grange (avec porte cochère), dont le gabarit autoriserait de nombreux aménagements conformes.
Pour autant, si j'étais propriétaire, je rénoverais parce que j'aime bien les vieilles pierres et que l'ensemble me paraît intéressant, tant par sa géométrie que par sa configuration.

Mais c'est une question purement personnelle. Et si le bien n'est pas classé, rien n'empêche le propriétaire légitime de le détruire "naturellement" ou non pour reconstruire quelque chose de plus fonctionnel à la place.

Écrit par : Pacotille | 19/10/2009

Voilà donc que Déborah se lance dans l'exploration urbaine.
Un de ces jours nous, on se retrouvera pour une scéance de photos ensemble...

Écrit par : Pascal | 19/10/2009

mais tu tiens l'appareil photo alors Pascal!!!

Écrit par : deborah | 19/10/2009

Rien n'est effectivement illégal Pacotille.
Il est par contre citoyennement, moralement et politiquement fort dérangeant d'entendre ce promoteur se plaindre de voir se biens dégradés par immobilisme de l'échevin. Il est par contre étonnant de lire que ce même promoteur accuse l'échevin d'être la cause de la dégration de la villa vierly et Legrand quand on voit ce qu'il fait de ses biens.

Écrit par : deborah | 19/10/2009

Enfin, ceci dit il y a quand même selon les communes des bâtiments qu'on peut taxer sur base d'inoccupation par ex.

Écrit par : deborah | 19/10/2009

Lea partie perpendiculaire, la plus basse fait sous corniche entre 3m24 et 3m28 en extérieur, mais comme à l'intérieur c'est quasi de la terre batue, c'est sensiblement pareil. Donc même avec 30 cm de plus au sol et 30 cm en plus au toit, restent minimum en partie la plus basse 2mètres60.

Écrit par : deborah | 19/10/2009

D'accord, si tu fais d'un seul tenant du sol au toit.
Cela dit, il y a tout de même une grosse différence entre ce bâtiment et les villas Vierly et Legrand : ici, il s'agit tout de même de ce qu'on appelle "une ruine", a fortiori depuis que les tuiles ont été enlevées (pour info : sur Google Earth - images prises en 2007, elles y sont toujours) - même si les murs sont toujours debout et en l'état. Ce n'est pas tout à fait le cas des deux villas précitées. Si c'est pour abattre, le bâtiment ici est déjà beaucoup plus "avancé" que les deux autres.

Mais en tout état de cause, le débat restera éternel entre un échevin de l'urbanisme qui refuse indéfiniment tout projet qui ne répond pas à l'idée qu'il se fait de l'aménagement de l'endroit et un promoteur qui considère qu'il est maître chez lui.

Il y a des réglementations pour encadrer tout cela : oui, un promoteur est maître chez lui... dans la limite de ce que cette réglementation l'autorise à faire en matière de gabarit, de choix des matériaux, de distances, etc. Et oui, un échevin peut refuser un projet si celui-ci ne respecte pas la réglementation.

Mais pas au-delà... et le problème se pose quand des décisions "officielles" se contredisent (refus de l'échevinat mais OK de la RW, refus de la RW mais OK de l'échevinat). Et là, bonjour les dégâts, si j'ose dire !

Je crois qu'en l'espèce, la vérité doit se trouver entre les deux : Gavroy et Iovleff exagèrent tous les deux.

Écrit par : Pacotille | 20/10/2009

petite précision : ce n'est pas l'échevinat de l'urbanisme, mais le collège qui au niveau communal dit oui ou non.

Écrit par : deborah | 20/10/2009

Bien sûr que les tuiles étaient toujours là en 2007, elles étaient là lors des précédents posts sur cet endroit (donc en 2008).
Elles viennent juste d'être retirées cette quinzaine.

Écrit par : deborah | 20/10/2009

Les commentaires sont fermés.